Et si la solution était de se calmer?

Marc Bergevin qui s’adresse aux médias en février dernier. Photo : Canadiens de Montréal.

À la suite du départ canon du Tricolore, les partisans du club rêvaient aux plus grands honneurs. Par contre, une série de mauvaises performances a ramené le club sur terre très rapidement. Dans cette chute, il y a principalement le jeu du gardien Carey Price qui a fait beaucoup jaser à Montréal, car il est l’un des joueurs les mieux payés du circuit.

Je vais commencer cet article en mentionnant que, moi-même, je ne suis pas un spécialiste de hockey, donc, selon les standards à Montréal, c’est un excellent qualificatif pour me permettre de commenter la situation.

Montréal n’est pas la seule ville avec des fans passionnés, mais, en même temps, je trouve parfois que notre passion est maladive, surtout en ce qui a trait aux « joueurs vedettes » du club. Par exemple, l’échange entre Shea Weber et P.K Subban était loin de faire l’unanimité à l’époque. Pourtant, je n’observe pas beaucoup de gens qui clament aujourd’hui que les Canadiens ont perdu cet échange.

Cette situation est assez similaire lorsqu’un joueur important du club connaît une bonne ou une mauvaise séquence. La mauvaise séquence que connaît présentement Carey Price est inquiétante, mais se demander si Jake Allen est la future solution pour la Sainte-Flanelle semble totalement ridicule à mes yeux.

Parfois, j’ai l’impression que les gens ont de la difficulté à se souvenir de ce qui forme les grands athlètes. Ce ne sont pas les performances exceptionnelles d’une seule soirée, mais bien la constance avec laquelle ils brillent soir après soir. Il y a une raison pour laquelle, année après année, Price est voté par les joueurs comme étant le gardien de but le plus difficile à affronter dans la ligue. C’est quand même plus crédible qu’une bande de gérants d’estrade qui aimait un peu trop Jaroslav Halak.

Nous vivons légèrement trop dans le moment présent

Je sais qu’on a souvent la mémoire courte, mais je me souviens très bien des performances électrisantes de Price pas plus tard que l’été dernier, en séries éliminatoires. Par contre, cela ne veut pas dire que le gardien ne figure pas non plus parmi les joueurs les plus surpayés de toute la Ligue nationale. Si le cerbère ne joue pas comme le meilleur gardien du circuit, il devient tout de suite surpayé.

Le vrai débat, ici, est plutôt de savoir s’il est utile de payer autant pour un gardien étoile. À regarder les équipes ayant remporté les grands honneurs ces dernières années, il semble que non. En même temps, il faut se remettre en contexte : est-ce que Marc Bergevin aurait conservé son emploi à Montréal après avoir laissé partir Carey Price sans aucune monnaie d’échange après les meilleures saisons de sa carrière? J’en doute très fortement.

Il faut arrêter, à Montréal, de réfléchir aux solutions extérieures (échanger un joueur, mettre un entraîneur à la porte, etc.) dès que quelque chose va mal et, parfois, se concentrer sur les solutions à l’interne. Je ne dis pas de faire confiance aveuglément à la direction du club ou que Carey Price est en train de rajeunir avec un contrat parfait, mais il va falloir être patient et ne pas modifier nos attentes envers le club après une série de trois victoires ou trois défaites.

Jérémy L'Allier

Étudiant en journalisme à l'UQAM, Jérémy L'Allier est un passionné de sport depuis son tout jeune âge. Ayant joué et coaché au football collégial division 1, Jérémy possède tout le bagage nécessaire pour analyser ce sport de fond et en comble. De plus, ayant été un sportif toute sa vie, Jérémy adore aussi la NBA et les sports collégiaux. À temps perdu, il aime aussi regarder les Canadiens et chialer sur le coach. Il est un passionné de tous les débats chauds dans l'actualité sportive, peu importe la discipline, et adore questionner les gens sur leur préférence entre Carey Price ou Jaroslav Halak.

Laisser un commentaire