Stades vides et poches pleines

Chelsea FC a déniché le plus gros transfert cet été en Premier League, en déboursant 71 millions £ pour l’international allemand Kai Havertz. Crédit photo : Steffen Prößdorf, CC 4.0.

Au cœur d’une période de pandémie mondiale et de stades vides, la Premier League anglaise a instauré un forfait de visionnement au coût de 14,95 £ (25,59 $CAD) par rencontre et la controverse s’est rapidement faite ressentir sur les réseaux sociaux. Seriez-vous prêt à dépenser plus de 25 $CAD pour une rencontre de soccer télévisée?

Soif d’argent injustifiable

Le journaliste britannique Henry Winter ne s’est pas gêné pour exprimer son opinion sur la Premier League. Le rédacteur en chef de la section football du quotidien The Times considère qu’il est peut-être temps pour la ligue de reconsidérer ses priorités.

Traduction : « C’est honteux de payer 14.95 £ (25,59 $CAD) pour un programme de paiement par visionnement. 5 £ (8,53 $CAD), d’accord, mais 14.95 £ (25,59 $CAD)? C’est dégoutant. Dans une époque où les équipes de Premier League dépensent plus de 1,2 milliard £ (2 milliards $CAD) pour les joueurs. Quand elles [les équipes] payent 200 millions £ (341 millions $CAD) aux agents. Quand beaucoup de familles ont des difficultés. L’avarice est dans l’ADN de la Premier League et ça pue énormément. »
Coffres vides?

Un rapport publié en mai 2019 par Deloitte démontre la moyenne de profit annuel pour une équipe de Premier League. Les statistiques mettent en évidence des montants fulgurants. Les clubs ont récolté 241 millions £ (411 millions $CAD) lors de la saison 2017-2018. Lors de cette saison, Manchester United a enregistré un profit de 590 millions £ (1,007 milliard $CAD), le troisième plus haut montant de l’histoire du soccer.

Cette charte démontre les revenus et les salaires par équipe. Source : Deloitte.

Les revenus de télédiffusion ont atteint 2,8 milliards £ (4,78 milliards $CAD) pour cette même saison. Les revenus générés pour l’ensemble des rencontres hebdomadaires sont montés à 670 millions £ (1,14 milliard $CAD).

Pour l’ensemble de cette saison, la Premier League a augmenté de 6% ses revenus annuels, qui se sont élevés à 4,8 milliards £ (8,19 milliards $CAD).

Cette charte démontre les revenus moyens engendrés selon leur niveau. Source : Premier League; UEFA; Deloitte.
Faire déborder les coffres

Le premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé, en septembre 2020, que les sièges resteront vacants pour le mois d’octobre en raison de la pandémie de coronavirus en Angleterre. Deloitte a estimé, dans son rapport, que la Premier League recevrait 720 millions £ (1,2 milliard $CAD) pour les rencontres de la saison 2019-2020.

Deloitte a également calculé que les revenus moyens des clubs de Premier League seraient de 261 millions £ (445 millions CAD). En se basant sur ce chiffre et en soustrayant les soldes moyens des six clubs les plus riches de la ligue (Manchester United, Manchester City, Liverpool, Chelsea, Arsenal et Tottenham Hotspur), selon les données fournies par Transfermarkt, les équipes ont une moyenne positive de 180,6 millions £ (307,84 millions $CAD).

Au final, ces clubs brassent des chiffres beaucoup plus hauts que la moyenne des clubs anglais. Il est simplement temps que la ligue revoie ses priorités financières.

Pierre-Luc Mongeon

Pierre-Luc est mordu de sports. Ayant grandi en jouant au soccer récréatif, il s'est rapidement intéressé au soccer professionnel. Il s'est orienté vers le domaine du journalisme lors de la Coupe du monde de soccer en 2018. Pierre-Luc a terminé sa première année au baccalauréat en journalisme à l'UQAM et il désire transmettre ses connaissances et son amour pour les sports par différentes options communicationnelles. En seulement un an, Pierre-Luc s'est impliqué à la radio CHOQ.ca, au Montréal Campus ainsi qu'au magazine L'Apostrophe.

Laisser un commentaire