La petite patineuse aux grandes ambitions

Sara-Maude Dupuis, patineuse de l’équipe NextGen de Patinage Canada.
Crédit photo : fournie

À 16 ans, la patineuse artistique Sarah-Maude Dupuis adopte un mode de vie digne de ses projets. Avec les Jeux olympiques de 2026 dans sa ligne de mire, l’Angevine n’hésite pas à se munir des meilleurs outils pour atteindre cet objectif d’envergure.

Afin de concilier plus facilement sa réussite scolaire avec sa carrière sportive, la jeune patineuse a choisi d’étudier au programme de sport-études à l’école secondaire de Mortagne à Boucherville. Son centre d’entraînement est juste à côté de l’établissement. «Je suis vraiment chanceuse d’être dans un programme scolaire qui m’accommode énormément», affirme la jeune femme. Elle explique que tous les professeurs sont tenus de lui faire rattraper ses examens manqués si elle se trouve en dehors de la ville pour des raisons sportives.

Un entourage favorable

L’athlète élite est également entourée d’une équipe qui lui permet de se rapprocher de son rêve olympique. Elle patine notamment sur des chorégraphies de Julie Marcotte, une chorégraphe qui a confectionné la majorité de ses numéros pour des athlètes professionnels. La jeune patineuse se considère chanceuse d’avoir une mentor avec autant d’expérience derrière la cravate. 

La famille de Sara-Maude lui apporte, elle aussi, du soutien dans sa carrière sportive. C’est notamment sa mère, elle-même entraîneuse de patinage artistique depuis plusieurs années, qui est à l’origine de cette passion. Elle souhaitait que sa fille apprenne les rouages du patin. «Comme on est au Canada, ma mère pense que tous les enfants doivent savoir patiner. C’est évident !», s’exclame Sarah-Maude.

Direction l’Autriche

Sara-Maude Dupuis est récemment entrée dans la cour des grands en participant à sa première compétition internationale en octobre 2021. Elle compétitionne dans la catégorie junior, avec des patineuses de 18 ans et moins, lors de cet événement qui se tenait à Linz en Autriche. Elle représente honorablement le Canada en se hissant à la dixième position parmi les 35 patineuses qui compétitionnent. Celle qui s’entraîne à Boucherville espère obtenir d’aussi bons résultats lors de ses premières compétitions chez les séniors, la catégorie supérieure, qui auront lieu à la fin de l’année 2021.

Ce changement de catégorie donnera probablement lieu à quelques passages à la télévision. Comme elle n’a pas l’habitude de passer sur le petit écran, ce sera une première pour elle.

Avec la collaboration de Daphné Chamberland

Olivier Larose

Étudiant au baccalauréat en journalisme à l'UQAM et fan de sport depuis son jeune âge, Olivier a touché à tout. Il a commencé à faire du patinage artistique à l'âge de quatre ans. Il a appris la majorité des sports de façon autodidacte. Le Montréalais adore vulgariser les concepts difficiles à des personnes qui ne connaissent rien dans ce milieu.

Laisser un commentaire