F1: cinq questions en vue des trois prochaines semaines

McLaren voudra profiter des trois prochaines courses pour s’emparer du troisième rang du Championnat des constructeurs. Photo: Moritz Graf | Unsplash.

Les pilotes de Formule 1 arrivent dans une étape cruciale de la saison 2021, alors que les trois prochaines semaines se concluront par un Grand Prix. Au-delà des noms des vainqueurs, plusieurs questions peuvent être soulevées à l’aube de ces trois semaines qui pourraient être déterminantes dans la course au titre de champion du monde.

Le calendrier 2021 de Formule 1 propose une séquence plus qu’intéressante, alors que les trois prochaines fins de semaine seront des weekends de course. Cette série de trois compétitions consécutives a été introduite en 2018 et est devenue encore plus présente l’an dernier alors que c’est arrivé à trois occasions. Encore une fois cette saison, trois séries de trois courses sont au programme.

Les écuries et les pilotes ne sont pas les plus grands fans de ces séries, qui sont extrêmement exigeantes pour le personnel de chaque équipe. Malgré tout, elles demeurent extrêmement importantes et déterminantes pour la saison. Cette première séquence de l’année inclura également une nouvelle course, alors qu’un deuxième circuit en Autriche a été ajouté au programme en remplacement des événements annulés par la pandémie de COVID-19.

Les trois prochaines semaines du calendrier commenceront donc ce dimanche 20 juin avec le Grand Prix de France, qui effectue un retour à la programmation après avoir été annulé en 2020. Celui-ci se déroulera pour une troisième fois au circuit Paul-Ricard situé à Le Castellet. Cette course sera suivie du Grand Prix de Styrie, la nouvelle course au programme, qui aura lieu au Red Bull Ring, comme lors du Grand Prix d’Autriche habituel. Ce dernier complètera la séquence le 4 juillet prochain.

Dans le but de mettre la table pour ces trois semaines qui s’annoncent éreintantes pour les pilotes, mais excitantes pour les partisans, voici cinq questions qui sont sur toutes les lèvres à l’aube du Grand Prix de France.

Qui sera le premier à rebondir entre Verstappen et Hamilton?

Après un Grand Prix d’Azerbaïdjan où Max Verstappen et Lewis Hamilton se sont retrouvés à l’extérieur du top 10, il est permis de croire que nous aurons droit au meilleur des deux meneurs du Championnat des pilotes. Hamilton, tout particulièrement, s’est retrouvé exclu du top 5 lors de deux courses consécutives pour la première fois depuis 2013. Le Britannique aura la parfaite occasion pour rebondir alors que le circuit Paul-Ricard en est un qui lui sourit plutôt bien. En effet, lors des deux éditions du Grand Prix de France présentées sur ce circuit, Hamilton a non seulement récolté deux victoires, mais a également été en tête de 105 des 106 derniers tours (le Grand Prix de France étant une course de 53 tours).

L’opportunité sera également grande pour Verstappen. Le Néerlandais avait terminé au deuxième rang en France en 2018 et quatrième en 2019. C’est cependant au Grand Prix d’Autriche où Verstappen devrait aller chercher des points importants, lui qui a remporté la course lors de ces deux mêmes années. Il avait cependant été forcé de se retirer de la course en 2020, mais Hamilton n’avait pas été en mesure d’en profiter, alors qu’il avait terminé quatrième.

Si on se fie à la logique, Hamilton devrait donc remporter la première course et Verstappen la troisième. Ce sera donc au Grand Prix de Styrie de déterminer qui terminera ces trois semaines de course au premier rang du Championnat.

Valtteri Bottas est-il sur ses derniers miles?

L’affirmation « George Russell sera derrière le volant d’une Mercedes en 2022 » ne serait pas ce que l’on pourrait qualifier de hot take. Le destin du Britannique est lié aux flèches d’argent depuis la saison dernière et avec les contrats de Valtteri Bottas et Lewis Hamilton, qui expirent les deux à la fin de 2022, il est presque garanti que Russell sera de l’alignement de Mercedes l’an prochain.

Les performances de Bottas cette saison viennent cependant brouiller les cartes. Sur les six courses disputées jusqu’à présent, le Finlandais a échoué à récolter des points à trois occasions. Ces performances sont plutôt inacceptables pour Mercedes qui compétitionne avec Red Bull pour le Championnat des constructeurs. Avec un Sergio Pérez qui performe extrêmement bien, Red Bull a le luxe de pouvoir compter sur un bon deuxième pilote lors des courses où Max Verstappen connaît des difficultés. C’est d’ailleurs ce qui s’est produit il y a deux semaines à Bakou, alors que Pérez est allé chercher la victoire tandis que Verstappen n’a pas pu terminer la course.

Face à cette pression, Mercedes pourrait être tenté de modifier son alignement avant la fin de la saison. Plus les jours passent, plus les rumeurs voulant que Russell remplace Bottas à compter du Grand Prix du Royaume-Uni se font plus fortes. La course se déroulant au célèbre circuit de Silverstone est non seulement le Grand Prix maison de Russell et Hamiltion, ce qui permettrait à l’écurie allemande d’aligner deux Britanniques au Royaume-Uni, mais est également la première course à être disputée après les trois Grands Prix consécutifs des prochaines semaines.

Il commence donc à être de plus en plus clair que Bottas doit terminer sur le podium et offrir des performances sans failles en France et en Autriche s’il veut conserver son siège pour le reste de la saison.

Est-ce que Sebastian Vettel est réellement de retour?

En terminant en deuxième position en Azerbaïdjan, Sebastian Vettel est monté sur le podium pour la deuxième fois seulement depuis le Grand Prix du Mexique en 2019. Même s’il occupe présentement le neuvième rang du Championnat des pilotes, ses résultats des dernières courses sont encourageants, alors que sa deuxième place à Bakou était précédée d’une cinquième place au Grand Prix de Monaco.

Il faut toutefois se demander à quel point la chance a joué un rôle dans ces deux performances. Les mauvais résultats de Lewis Hamilton et le retrait de Max Verstappen à Bakou ont assurément pesé dans la balance, mais se pourrait-il que Vettel commence finalement à retrouver ses repères? La Aston Martin est supposée être une voiture capable de rivaliser avec McLaren et Ferrari. Pourtant, les résultats n’étaient aucunement au rendez-vous avant le Grand Prix de Monaco, même en ayant un pilote d’expérience comme Vettel au volant.

Celui qui a gagné quatre fois le Championnat des pilotes a toutefois démontré quelques moments de brillance qui devraient lui permettre de reprendre confiance en ses capacités et en sa voiture. Il sera intéressant de voir s’il pourra continuer sur sa lancée en France, où il a terminé cinquième lors des deux éditions présentées au circuit Paul-Ricard.

Leclerc et Ferrari pourront-ils enfin concrétiser?

Charles Leclerc a réussi à se qualifier en première position lors des deux dernières courses à Monaco et en Azerbaïdjan. Il n’a cependant pas été en mesure de terminer sur le podium lors des deux occasions, alors qu’il n’a même pas pris le départ à Monaco et a terminé quatrième à Bakou. En cinq courses cette saison, Leclerc a récolté deux sixième positions et trois quatrième positions.

Son coéquipier Carlos Sainz a également offert de bonnes performances, notamment en terminant deuxième à Monaco. Il est cependant clair qu’il doit encore s’habituer à sa nouvelle monoplace, lui qui s’alignait avec McLaren l’an dernier. Il a tout de même réussi à terminer dans le top 10 à cinq occasions cette saison.

Le potentiel est donc bien présent pour Ferrari. Après avoir terminé sixième au Championnat des constructeurs l’an dernier, l’écurie italienne est désormais en plein cœur de la course au troisième rang. Les quatrième positions ne seront toutefois pas éternellement satisfaisantes pour Leclerc. Avec une deuxième position en Autriche lors des deux dernières saisons, le Monégasque voudra assurément monter sur le podium à nouveau et décrocher un maximum de points lors des trois prochaines semaines. La question est cependant si il va y arriver, puisque son quatrième rang à Bakou n’avait, à priori, pas vraiment d’explication logique.

Quel constructeur terminera la séquence au troisième rang?

La course au titre des constructeurs entre Mercedes et Red Bull n’est pas la plus excitante présentement. En effet, c’est plutôt la course au troisième rang entre Ferrari et McLaren qui retient l’attention. Ferrari mène actuellement par un maigre deux points, ce qui est loin d’être suffisant considérant les performances de McLaren, particulièrement celles de Lando Norris, le seul pilote a avoir terminé dans le top 10 de chaque course cette saison.

Le fait que la course soit aussi serrée s’explique surtout par la ressemblance des alignements de ces deux écuries. Avec Norris et Charles Leclerc, McLaren et Ferrari ont toutes les deux un jeune pilote qui représente le futur de l’écurie en plus d’être déjà parmi l’élite de la Formule 1. Les deuxièmes pilotes des deux écuries en sont à leur première saison au sein de celles-ci, alors que Carlos Sainz était avec McLaren l’an dernier et s’aligne maintenant avec Ferrari, tandis que Daniel Ricciardo l’a remplacé cette saison chez l’écurie anglaise après avoir passé les deux dernières saisons avec Renault.

Il y aura encore beaucoup de courses au programme après la séquence qui débutera cette semaine, mais l’écurie qui sortira de celle-ci au troisième rang du Championnat sera celle qui pourra performer avec le plus de constance. En cette première moitié de saison, tous les points sont importants et la constance est la pépite qui permet aux écuries de se démarquer.

Yohan Carrière

Après un stage d'exploration à RDS en 2015, Yohan Carrière débute officiellement sa formation journalistique au cégep Marie-Victorin en 2017. Aujourd'hui étudiant en journalisme à l'UQAM, il compte à son actif plusieurs collaborations, notamment à la radio et en vidéo avec L'Avantage Terrain et à l'écrit avec le magazine L'apostrophe. Il a également contribuer à la couverture des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo avec Radio-Canada. Toujours considéré par ses pairs comme un excellent communicateur, il vise aujourd'hui à mettre sa voix et sa plume au service des amateurs de sports. En tant qu'ex-joueur et entraîneur de hockey-cosom au sein du RSEQ, il garde un intérêt pour le sport-étudiant, mais se spécialise surtout dans le monde du hockey, du baseball, du tennis et de la Formule 1.

Laisser un commentaire