Les jeunes forces à surveiller dans la WTA

Bianca Andreescu sera de retour en action après plus d’un an à l’écart du jeu. Photo : Peter Power (Tennis Canada).

Alors que l’ATP est dominée par trois joueurs depuis plusieurs années et que les nouveaux prétendants sont bien connus de tous, le classement de la WTA est plus ouvert et, chaque année, nous avons droit à des joueuses surprises ou des jeunes sensations qui arrivent à décrocher des titres importants.

Serena Williams, Simona Halep, Naomi Osaka et Karolina Pliskova n’ont plus besoin de présentation. En s’étant établies comme les têtes d’affiche de la WTA lors des dernières années, elles sont un peu comme les Nadal, Federer et Djokovic du tennis féminin. Toutefois, même si elles sont régulièrement parmi les favorites pour remporter les tournois, leur domination n’est pas aussi assurée que celle du Big Three de l’ATP. En fait, aucune de ces femmes n’est actuellement numéro un au monde et Osaka est la seule à avoir mis la main sur un titre majeur l’an dernier.

Alors que, chaque année, nous voyons des joueuses éclore et récolter plusieurs victoires importantes, voici cinq femmes un peu moins connues et ayant moins de 25 ans qui pourraient connaitre une très bonne saison et qui seront à surveiller de très près.

Bianca Andreescu

Oui, Bianca Andreescu est plus connue en raison de sa nationalité canadienne. Toutefois, elle reste une très jeune joueuse (20 ans) qui en est encore à ses débuts dans la WTA. 2019 a été son année d’éclosion, lors de laquelle elle a notamment remporté la Coupe Rogers et l’US Open. Elle n’a toutefois pas été en mesure de défendre ses titres en 2020, en raison d’une blessure au genou. Elle est néanmoins plus que prête pour un retour à la compétition en 2021 et devra prouver que ses victoires en 2019 n’étaient pas que de simples coups de chance.

Andreescu pourrait être une force de la WTA pour plusieurs années, considérant le succès qu’elle a déjà amassé à son âge. Si ses blessures sont totalement guéries, elle pourrait se retrouver dans le top 3 d’ici la fin de la saison, elle qui pointe présentement au huitième rang mondial.

Iga Swiatek

On se souvient de la jeune Polonaise comme étant celle qui avait complètement survolé Roland-Garros en 2020. Cette victoire lui a permis, à seulement 19 ans, de se hisser au 17e échelon mondial. Il sera intéressant de voir comment elle pourra transposer son succès sur terre battue aux autres surfaces, mais, surtout, si elle sera en mesure de défendre son titre en 2021.

Elle est encore très jeune et il se pourrait fort bien qu’elle ne domine pas le circuit avant au moins deux ou trois ans, mais elle aura un avantage non négligeable sur les autres joueuses de cette liste, puisque sa victoire en France représente son seul titre de la saison dernière. En fait, il s’agit du seul tournoi où elle a réussi à passer le quatrième tour dans toute sa carrière. Elle n’aura donc pratiquement aucun point à défendre et n’aura pas la pression de faire mieux que l’an dernier dans aucun autre évènement.

À 19 ans, la pression peut parfois être trop grande lorsqu’on doit défendre plusieurs titres, mais Swiatek aura le champ libre pour réussir et échouer cette saison, sans trop de dégâts.

Ashleigh Barty
La numéro un mondiale, Ashleigh Barty, débutera la saison 2021 dans son pays natal après avoir raté la majorité de la saison 2020. Photo : US Open.com.

C’est elle la meilleure au monde. Toutefois, elle a fait partie des joueuses qui ont décidé de faire une croix sur la saison 2020 en raison des risques reliés à la COVID-19. Barty aura donc l’occasion de revenir au jeu dans son pays natal lors des Internationaux d’Australie. À 24 ans, elle est la joueuse la plus expérimentée de cette liste, mais demeure l’une des plus jeunes joueuses du top 20 de la WTA. Elle a cependant déjà fait ses preuves et aura beaucoup de points à défendre après avoir été à l’écart de la compétition après presque un an.

Barty est donc assurément celle qui, à première vue, devrait avoir le début de saison le plus difficile. Toutefois, elle est en progression constante depuis 2017. En fait, en quatre saisons, l’Australienne a obtenu un moins bon résultat que l’année précédente à seulement deux occasions. Si elle est en mesure de débuter la saison au sommet de sa forme, elle pourrait donc facilement creuser son écart avec Simona Halep, deuxième raquette mondiale, qui est présentement de 1462 points.

Aryna Sabalenka

La jeune Biélorusse a connu une excellente fin de saison l’année dernière, en remportant le tournoi d’Ostrava en simple et en double, en plus du tournoi de Linz en double. Elle avait également bien fait aux Internationaux de Strasbourg, où elle avait atteint les demi-finales. Sabalenka pointe aujourd’hui au septième échelon mondial à seulement 22 ans, ce qui fait d’elle la deuxième plus jeune joueuse du top 10, derrière Bianca Andreescu.

Malgré ses neuf titres en simple en carrière, elle a toutefois de la difficulté à bien faire en tournoi du Grand Chelem. En effet, Sabalenka n’a jamais dépassé le troisième tour d’un tournoi majeur en quatre ans. Elle aura toutefois la chance de bâtir sur sa fin de saison 2020 et son début de saison 2021, puisqu’elle a déjà remporté le premier tournoi de l’année, soit celui d’Abu Dhabi.

Elle n’a fait que progresser au cours des dernières années et son meilleur tennis est encore à venir.

Sofia Kenin
L’Américaine Sofia Kenin entamera la saison 2021 en tentant de défendre son titre à Melbourne. Photo : The Runner Sports.

La saison 2021 se doit d’être LA saison d’éclosion pour Sofia Kenin. Même si l’Américaine n’a que 22 ans, elle a connu une très bonne saison 2020, en remportant notamment les Internationaux d’Australie et en atteignant la finale de Roland-Garros. Elle a cependant eu de la difficulté à atteindre son potentiel lors des autres événements. Ce qui est le plus décevant dans son cas, c’est qu’elle a souvent perdu face à des joueuses moins bien classées qu’elle. Ainsi, malgré son quatrième rang mondial, elle n’a pas encore atteint la constance et la qualité d’adaptation des autres joueuses du top 10.

Ce qui aide grandement l’Américaine, c’est le fait qu’elle semble avoir assez d’endurance pour participer à beaucoup de compétitions. En effet, elle est l’une des joueuses ayant disputé le plus grand nombre de tournois en 2020, ce qui lui a permis de récolter plus de points que n’importe qui sur le circuit durant la saison. Si elle est en mesure de garder ce même rythme, mais avec de meilleurs résultats, elle devrait être en mesure de solidifier sa place parmi l’élite. Une saison en deçà des attentes pourrait cependant lui faire très mal et lui faire prendre beaucoup de recul par rapport aux autres joueuses de sa génération.

Les préparatifs sont en place et les joueuses de la WTA n’attendent que le coup d’envoi des Internationaux d’Australie. Elles sont présentement toutes en quarantaine à Melbourne et auront la chance de participer à quelques tournois mineurs à la fin de janvier, en préparation au premier Grand Chelem de l’année, qui se tiendra du 8 au 21 février.

Yohan Carrière

Après un stage d'exploration à RDS en 2015, Yohan Carrière débute officiellement sa formation journalistique au cégep Marie-Victorin en 2017. Aujourd'hui étudiant en journalisme à l'UQAM, il compte à son actif plusieurs collaborations, notamment à la radio et en vidéo avec L'Avantage Terrain et à l'écrit avec le magazine L'apostrophe. Toujours considéré par ses pairs comme un excellent communicateur, il vise aujourd'hui à mettre sa voix et sa plume au service des amateurs de sports. En tant qu'ex-joueur et entraîneur de hockey-cosom au sein du RSEQ, il garde un intérêt pour le sport-étudiant, mais se spécialise surtout dans le monde du hockey, du baseball, du tennis et de la Formule 1.

Laisser un commentaire