Tout ce qu’il fallait retenir des 5 rencontres de Noël en NBA

Pour Noël, le Madison Square Garden n’a fait aucun cadeau à Trae Young, pourtant absent de la rencontre entre les Hawks et les Knicks.
Crédit photo: Miltiadis Fragkidis (Unsplash)

C’est un moment que les fans de basketball attendent impatiemment chaque année. Le Christmas Day de la NBA est l’occasion pour les spectateurs d’observer les meilleures équipes de la ligue s’affronter. Encore une fois, le programme aura été à la hauteur des attentes. Dix équipes, cinq matchs, 13 heures de basketball consécutives et des records à la chaîne, voilà ce que nous réservait le 25 décembre 2021 en NBA.

«F*ck Trae Young»

Les Hawks d’Atlanta et les Knicks de New York sont respectivement onzièmes et douzièmes de la conférence Est. Si la saison s’arrêtait maintenant, aucune des deux équipes ne serait qualifiée pour les séries éliminatoires. La rencontre entre les deux était pourtant l’une des plus attendues hier soir. La raison? Les deux formations sont liées par une incroyable rivalité depuis les dernières séries éliminatoires. Trae Young, le meneur d’Atlanta, s’était attiré les foudres du Madison Square Garden en raison de ses nombreuses provocations envers les fans de l’équipe new-yorkaise. La victoire des Hawks lors de cette série a fait de Young l’ennemi numéro 1 du Garden.

Le meneur n’était malheureusement pas présent hier en raison du protocole sanitaire. Sans leur joueur vedette, les Hawks ne sont pas parvenus à rivaliser avec le collectif des Knicks. Ces derniers ont d’ailleurs remporté la rencontre plutôt largement avec un score de 101 à 87. Le match n’aura donc pas tenu toutes ses promesses et son issue n’aura surpris personne. Le joueur des Knicks Kemba Walker a cependant réussi à se distinguer durant la rencontre. Mis à l’écart du 5 majeur en raison de performances en dessous des attentes, le meneur a entamé une montée en puissance impressionnante depuis son retour dans la rotation. Il a hier compilé 10 points, 12 passes et 10 rebonds et a donc validé un triple double, fait rare lors d’un match de Noël.

Si le match n’a pas offert le spectacle prévu, l’ambiance dans la salle était électrique. À 3 minutes de la fin du match, alors que la victoire de New York ne faisait plus aucun doute, le public du Garden s’est mis à scander à l’unisson « F*ck Trae Young ». Le meneur n’était pas présent lors du match, mais n’était même pas dans l’arène, la ville ou bien l’État. Il faut dire que cette rivalité va au-delà du basket. Alors que beaucoup qualifient Young de nouveau propriétaire du Garden, la plaisanterie a atteint des sommets lors des élections municipales puisque le meneur a obtenu des votes pour devenir le nouveau maire de New York.

Giannis a le dernier mot

Nouveau match et nouvelle incroyable performance de Giannis Antetokounmpo face aux Celtics de Boston. Avec 36 points, 12 rebonds, 5 passes et 2 contres, le Grec a porté ses Bucks jusqu’à une victoire inespérée. L’équipe du Wisconsin a pourtant été menée toute la rencontre et n’a pris l’avantage qu’à la dernière minute du match. Le Grec a d’ailleurs été en grande difficulté en première mi-temps puisqu’il n’aura inscrit que 8 points. En manque d’adresse pendant une grande partie de la rencontre, les Bucks ont commencé à rattraper leur retard durant le troisième quart de temps. Les Celtics ont malgré tout tenu bon et comptaient 13 points d’avance à 5 minutes de la fin.

L’entrée en jeu de Giannis Antetokounmpo a cependant scellé la rencontre. Avec le retour en jeu de l’ailier fort, Milwaukee a infligé un 21-4 à ses adversaires, impuissants devant une telle démonstration collective. Le Grec a même réalisé un contre décisif dans les dernières secondes de la rencontre pour assurer la victoire des siens. Incertain à quelques heures de la rencontre, Antetokounmpo revenait du protocole sanitaire qui l’avait écarté des terrains durant 5 matchs. Avec cette nouvelle performance de haut rang en seulement 29 minutes de jeu, il rattrape petit à petit son retard sur ses principaux concurrents au titre de joueur par excellence.

Les Dubs remportent le choc à l’Ouest

Sans aucun doute la rencontre la plus importante de la soirée, l’opposition entre les Suns de Phoenix et les Warriors de Golden State n’aurait pu être plus passionnante. Les deux équipes se disputent la première place de la conférence Ouest depuis le début de la saison. Avant ce match, les deux équipes s’étaient rencontrées deux fois pour une victoire chacune. L’entame du match était nettement à l’avantage des Warriors. Les joueurs de San Francisco ont inscrit 20 points lors des 5 premières minutes. Le tout à 7/9 au tir. Sans fournir un grand spectacle, Phoenix est pourtant toujours restée au contact des Warriors malgré l’excellente défense de Gary Payton II sur Devin Booker. Chris Paul aura tout tenté pour essayer de garder ses Suns dans le match.

Le meneur s’est en effet fait remarquer pour de mauvaises raisons. Il s’est notamment débarrassé d’un défenseur en lui marchant sur le pied pour le faire chuter. Le collectif des Warriors n’a cependant pas faibli et s’est logiquement imposé sur le parquet de son adversaire du soir. Le meneur de jeu Stephen Curry a encore été étincelant avec 33 points, 6 passes et 3 interceptions. De plus, il a inscrit 5 3 points, lui qui est le détenteur du nombre de 3 points inscrits en carrière depuis maintenant quelques semaines. Son coéquipier Draymond Green aura été partout durant la rencontre. Il la termine avec 8 points, 10 passes, 8 rebonds, 3 interceptions et 3 contres. Grâce à cette victoire, les Warriors s’emparent à nouveau du meilleur bilan de la ligue.

Les Lakers disent adieu au Staples Center

Lorsque la NBA avait annoncé le programme de Noël, l’opposition entre les Lakers de Los Angeles et les Nets de Brooklyn étaient de loin la plus attendue. Le trio LeBron James, Russell Westbrook et Anthony Davis contre Kevin Durant, James Harden et Kyrie Irving. La réalité fut tout autre. Du côté de Los Angeles, Anthony David est blessé au genou et doit manquer au moins 4 semaines de compétition. À Brooklyn, Kevin Durant est actuellement soumis au protocole sanitaire tandis que Kyrie Irving n’a pas joué le moindre match étant donné qu’il refuse d’être vacciné. En dehors des absences, les deux formations ne sont pas forcément au niveau attendu en début de saison. James Harden est décevant, mais Brooklyn domine la conférence Est. À l’inverse, les Lakers inquiètent. Les stars n’arrivent pas à cohabiter et les Lakers ont un bilan négatif de 16 victoires pour 18 défaites.

Malgré tout, ce match est entré dans l’histoire de la ligue. Avant même le début de la rencontre, il s’agissait d’une soirée spéciale. Les Lakers ont dit adieu au Staples Center, leur antre depuis 1999. En effet, l’arène porte depuis ce 25 décembre le nom de Crypto.com Arena. De plus, LeBron James est devenu le meilleur marqueur de l’histoire des matchs de Noël en dépassant Kobe Bryant qui avait justement écrit sa légende au Staples Center. Tout un symbole. Enfin, en réalisant tout deux un triple double, James Harden et Russell Westbrook ont permis à ce match d’être la première rencontre de Noël avec deux triple doubles.

Malgré les nombreuses absences du côté de Brooklyn, les Lakers ne sont pas parvenus à repartir avec la victoire. LeBron James aura tout tenté en marquant 39 points, mais ses coéquipiers n’ont pas été à la hauteur. Chez les Nets, Patty Mills a volé la vedette à James Harden et ses 36 points, 10 passes et 10 rebonds. En grande forme depuis les Jeux olympiques durant lesquels il a remporté le bronze avec l’Australie, le meneur profite de l’absence de Kyrie Irving. Propulsé parmi les titulaires, Mills réalise sa meilleure saison en carrière. Hier encore, il a compilé 34 points, mais surtout 8 tirs à 3 points réussis.

Sans Luka, la magie n’opère pas

La dernière affiche n’était pas la plus attendue, mais promettait une belle rencontre. Le Jazz de l’Utah sort d’une saison terminée avec le meilleur bilan de la NBA et tente de faire oublier son élimination précoce en séries éliminatoires en enchaînant les victoires. Les Mavericks de Dallas sont eux aussi une équipe à surveiller depuis l’arrivée de Luka Dončić en 2018. Le prodige slovène n’était malheureusement pas présent hier, lui aussi mis à l’écart des terrains par la pandémie. Sans leur génial meneur, les Texans n’étaient clairement pas les favoris à la victoire finale. D’autant plus que l’équipe comptait huit autres absents.

Sous l’impulsion d’un étonnant duo formé de Kristaps Porzingis et Jalen Brunson, les Mavericks ont pourtant offert une impressionnante résistance aux hommes de Salt Lake City. Les mormons ont beaucoup souffert des mauvaises performances de leurs titulaires et ne se sont imposés que de 4 points. Grâce à cette victoire à l’arraché, Utah consolide sa troisième place à l’Ouest.

Mael Brunet

Étudiant en journalisme à l’UQÀM et fan de sport à ses (nombreuses) heures perdues, Maël s’est logiquement tourné vers le journalisme sportif. Boxe, judo, tennis, soccer, trampoline, handball.. il a presque touché à tout. Passionné de basketball qu’il a pratiqué sur les terrains de sa France natale, il a traversé l’Atlantique pour partager son amour de la NBA et de la NBL, mais aussi pour en apprendre plus sur le football, le hockey et la poutine.

Laisser un commentaire