La Suède se doit de viser haut

La Suède tentera de renouer avec le podium au Mondial junior de 2022. Photo : Tyrone Warner (CC BY-NC 2.0).

Les Suédois n’ont pas remporté de médaille d’or depuis 2012 au Championnat mondial de hockey junior et ont terminé leur parcours de façon très abrupte l’an dernier. Bien qu’ils ne peuvent plus compter sur le prolifique Lucas Raymond, ou encore sur Tobias Björnfot et Philip Broberg, les Suédois regorgent de talent à toutes les positions.

Malgré des médailles d’argent en 2013, 2014 et 2018, ainsi qu’une médaille de bronze en 2020, la Suède est impatiente de décrocher une médaille d’or, elle qui n’en a que deux à son actif depuis la création de la compétition, en 1977, ce qui la place au 5e rang à ce chapitre, derrière la Finlande (5), les États-Unis (5), la Russie/URSS (13) et le Canada (18). Les Suédois ne se réjouissent certainement pas de ce classement, sachant qu’ils sont capables de beaucoup mieux. Lors de la dernière édition du tournoi, en 2021, ils se sont inclinés 4 à 3 contre la Russie, ce qui a mis fin à une séquence exceptionnelle de 54 matchs sans défaite en ronde préliminaire. Cela représentait un record dans l’histoire du championnat. Ils ont ensuite douloureusement perdu 4-0 contre les États-Unis dans un match crucial, puis, en quarts de finale, les Finlandais les ont éliminés en remportant la partie 3 à 2. Ainsi, cette année est une occasion rêvée de se rattraper.

L’attention tournée vers Eklund et Holtz en attaque

La Suède est une des formations les plus âgées du tournoi, avec plusieurs joueurs de 19 ans dans ses rangs. Ce détail peut s’avérer un avantage, étant donné que la différence d’expérience et de maturité entre un joueur de 19 ans et un autre de 18 ou 17 ans est grande. William Eklund, 7e choix au total du repêchage de 2021, et Alexander Holtz, 7e choix au total en 2020, devront être les moteurs offensifs de cette équipe, eux qui ont une courte expérience dans la LNH. Eklund a amassé quatre passes en neuf matchs avec les Sharks de San Jose, avant d’être renvoyé dans son club en Suède. Pour sa part, Holtz compte deux aides en six parties avec les Devils du New Jersey, en plus d’ajouter à sa fiche 10 points en 11 matchs avec les Comets d’Utica, dans la Ligue américaine. Le reste du top 6 pourrait vraisemblablement être constitué d’Oskar Olausson, Fabian Lysell, Theodor Niederbach et Isak Rosén, étant tous des choix de 1re et 2e ronde dans les deux derniers repêchages et ayant toutes les habiletés nécessaires pour changer le cours d’une partie à eux seuls. Les six autres attaquants représentent peut-être un léger doute en termes de profondeur, n’étant pas au sommet de leur forme cette année.

Du poids sur les épaules d’Edvinsson et de Wallstedt

Le défenseur format géant de six pieds et quatre pouces Simon Edvinsson, choix de première ronde, 6e au total, des Red Wings au dernier repêchage, assumera un rôle clé dans la brigade défensive suédoise. Celui-ci est très habile dans le maniement de rondelle, tout en ayant la capacité d’être actif à la ligne bleue adverse. Son style de jeu est fréquemment comparé à celui de Victor Hedman. Le reste de la défense est également très solide, comprenant notamment les prometteurs Helge Grans, Emil Andrae et Joel Nyström. En ce qui concerne les gardiens, Jesper Wallstedt se battra pour le titre du meilleur gardien du tournoi contre Yaroslav Askarov, entre autres. Wallstedt est amplement capable d’effectuer les gros arrêts dans les grands moments, lui qui a le potentiel de devenir la pierre d’assise du Wild du Minnesota dans le futur. Cependant, il peut parfois manquer de constance. Si jamais cela se produit en début de compétition, Calle Clang sera un bon remplaçant.

D’ailleurs, Wallstedt et Clang, ainsi qu’Emil Andrae, Alexander Holtz, Theodor Niederbach, Zion Nybeck et Oskar Olausson sont les six joueurs qui participeront à ce tournoi hivernal pour une deuxième fois. La Suède débutera son tournoi à Red Deer, avec un alléchant duel contre la Russie le 26 décembre dans le groupe B, qui comprend également les États-Unis, entre autres. Les Suédois devront viser au minimum le deuxième rang du groupe afin d’éviter d’affronter une grosse pointure en quarts de finale. Ainsi, ils peuvent non seulement espérer se rendre au match de la médaille d’or, mais ils veulent surtout le remporter. Dans le cas contraire, les partisans suédois devront essuyer une déception de plus, bien qu’une médaille d’argent ou de bronze apportera un certain baume au cœur.

Olivier Prince-Groleau

Salut salut, Olivier, grand fan de sport, surtout le hockey et le soccer, mais aussi le tennis, le football américain et le basketball. J'adore consommer du sport, mais aussi en faire et là je parle pas d'aller au gym, mais plutôt de jouer à un sport concrètement. En effet, je pratique le hockey depuis que j'ai 6 ans et je fais du soccer/futsal depuis l'âge de 8 ans.  Les grands évènements sportifs comme les Olympiques, la Coupe du Monde ou encore les séries éliminatoires de la LNH sont de véritables sources de plaisir pour ma part. Bref, un vrai sportif dans l'âme et dans le corps!

Laisser un commentaire