Aperçu de la semaine 16 dans la NFL

Photo : Marcus Williams.

C’est le temps de l’année où les gens sortent les casse-noisettes, le lait de poule, le pain d’épices et les statuettes en céramique des trois Rois mages. Des cadeaux et des voeux de bonheur sont échangés entre personnes ayant espoir pour l’année à venir, pour un temps meilleur. Ce que ces gens ne réalisent pas, c’est qu’il n’existe pas de temps meilleur que les dernières semaines de la saison régulière de la NFL.

Il n’y a pas de meilleure sensation que ce mal de tête aigu après avoir regardé douze heures de football à la télévision le dimanche, ce pincement douloureux à l’estomac après avoir mangé des nachos et des ailes de poulet pour déjeuner, dîner et souper, les sueurs froides causées par la Coors Banquet qui s’échappent de nos pores, le mal de dos causé par notre mauvaise posture alors que nous n’avons pas bouger du divan de la journée. Ça, c’est l’esprit des fêtes à son état le plus pur.

Vikings du Minnesota contre Saints de la Nouvelle-Orléans (vendredi, 16 h 30)

Du football le jour de Noël? Oui, s’il vous plaît. C’est un jour qui, historiquement, appartient à l’Église, mais dont s’est accaparé la NBA, et maintenant la NFL veut son morceau des cotes d’écoute. Quel bonheur pour les avides de sport. En ce jour saint, nous verrons Drew Brees être toujours incapable de lancer le ballon avec précision. C’est ce qui a tendance à arriver quand un joueur se blesse à l’épaule et se brise 11 côtes. Ce n’est pas une blague, il s’est fracturé 11 côtes il y a quelques semaines. Brees devrait être au lit et enroulé dans de l’emballage à bulles, pas sur un terrain de la NFL à se faire constamment plaquer par des hommes pesant plus de 300 livres.

Photo : Wesley Hitt (Getty Images).

Avec leur défaite la semaine passée, les Vikings ont vu leur espoir des matchs éliminatoires disparaître. Ce match va opposer un des meilleurs porteurs de ballon de la ligue, Dalvin Cook, à la meilleure défense contre la course. L’unité défensive des Vikings a bien souffert depuis les pertes de Xavier Rhodes et Everson Griffin cet été et les Saints devront exploiter ces faiblesses avec Alvin Kamara. Ils doivent absolument protéger Brees en organisant le plan de match autour de leur demi offensif. Les Vikings doivent faire la même chose. Ils doivent courir avec Dalvin Cook le plus possible pour éviter de mettre Kirk Cousins en position de leur faire perdre le match.

Buccaneers de Tampa Bay contre Lions de Détroit (samedi, 13 h)

Cette saison, l’offensive des Buccaneers stagne en première demie de leurs matchs, mais devient explosive en deuxième demie. La différence? L’équipe suit le plan de son entraîneur, Bruce Arians, pour commencer les matchs. Lorsqu’elle tombe inévitablement en arrière, Tom Brady prend le contrôle et rattrape le déficit encouru par son entraîneur. Il serait si simple de laisser Brady contrôler l’attaque dès le début des matchs, mais non, Arians a la tête trop dure et doit absolument mener l’équipe à sa façon, et ce malgré des preuves hebdomadaires que ses plans de match mènent nulle part.

Les Lions ont besoin de renfort à toutes les positions, des deux côtés du ballon. Ils doivent perdre le reste de leur matchs pour s’assurer de meilleurs choix au repêchage. Matt Stafford terminera sa carrière avec des statistiques dignes du Temple de la renommée, mais son organisation aura gaspillé sa carrière. C’est une habitude pour Détroit, qui a vu deux des meilleurs joueurs de tous les temps à leur position prendre leur retraite à l’âge de 30 ans : Calvin Johnson et Barry Sanders. Matthew Stafford mérite mieux. La ville de Détroit mérite mieux. Earl Spring mérite mieux. Qui est Earl Spring? Cet homme glorieux :

Photo : Carlos Osorio (Associated Press).
49ers de San Francisco contre Cardinals de l’Arizona (samedi, 16 h 30)

Kyler Murray et Deandre Hopkins se sont réveillés la semaine passée, contre les Eagles, et ont connecté pour neuf réceptions et 168 verges. Ce sera encore plus facile cette semaine, avec le meilleur arrière des Niners, Richard Sherman, blessé et absent pour le reste de la saison. Murray, qui semblait ralenti par une blessure à la jambe ces dernières semaines, a retrouvé sa forme de début de saison et sera en mesure de facilement échapper à la pression de la ligne défensive de San Francisco, qui ne joue pas à la hauteur de son talent depuis la perte de Nick Bosa et de Solomon Thomas, les deux ayant souffert de ruptures du ligament croisé antérieur.

Photo : athlonsports.com.

Le quart arrière des Niners, Nick Mullens, et leur porteur de ballon, Raheem Mostert, seront absents pour le reste de la saison. Après s’être rendu au Super Bowl l’année dernière, San Francisco a eu une année maudite pendant laquelle tous leurs joueurs de qualité ont souffert de blessures importantes. Malgré cette mauvaise chance, Kyle Shanahan a mené son équipe à cinq victoires. Des décisions importantes devront être prises cet été. Notamment : que faire avec Jimmy Garoppolo et Richard Sherman? Les partisans des Niners, bien que cette saison ait été très décevante, peuvent garder espoir de voir leur équipe rebondir l’année prochaine. Ils auront un trio effrayant de receveurs que très peu d’équipes pourront couvrir.

Raiders de Las Vegas contre Dolphins de Miami (samedi, 20 h 15)

Brian Flores est un aspirant sérieux au titre d’entraîneur de l’année et son équipe est à deux victoires d’une place en matchs éliminatoires. Son porteur de ballon, Salvon Ahmed, a effectué 23 courses la semaine passée, contre les Patriots, et la recette devrait être la même contre les Raiders, qui semblent parfois jouer avec du ciment dans leurs espadrilles.

John Gruden est incapable d’inspirer son équipe et le propriétaire, Marc Davis, doit sérieusement regretter les 10 millions par année qu’il lui a accordés il y a quelques années. Malgré une ligne offensive dominante, les Raiders ne réussissent pas à trouver un rythme dans le jeu aérien. Marcus Mariota, qui est beaucoup plus mobile que Derek Carr, devrait aider cette semaine, mais ce ne sera pas suffisant pour vaincre Miami.

Jets de New York contre Browns de Cleveland (dimanche, 13 h)

Entrer dans le centre d’entraînement des Jets cette semaine doit être comme arriver à Londres lors du grand feu du 6 septembre 1666, quand la moitié de la ville s’est retrouvée en cendres. Et c’est Adam Gase qui a allumé la mèche. Oui, les Jets ont battu les Rams la semaine passée. Mais le prix qu’ils ont payé est la chance de repêcher Trevor Lawrence. Ils ont ruiné leur avenir pour les 15 prochaines années. C’était une erreur impardonnable. Adam Gase doit être jeté au cachot. Les Jets ont de bons jeunes joueurs autour desquelles ils peuvent construire. Mechi Becton et Quinnen Williams seront dominants pendant longtemps, mais ne serviront à rien sans un quart-arrière de qualité. Sam Darnold ne l’est pas. Trevor Lawrence l’est. Trevor Lawrence ne sera pas un Jet. C’est bon pour lui, mais ce ne l’est pas pour les 20 millions d’habitants de New York. Il est temps de juger Adam Gase sur la place publique et de le punir pour ses crimes.

Photo : Steven Senne (Associated Press).

Les Browns se retrouvent avec une fiche de 10-4. Ils risquent de finir 11-5. Toute autre année, cette fiche serait plus que suffisante pour accéder aux matchs éliminatoires. Cette saison, les Browns, les Colts, les Ravens, les Dolphins et les Titans ont une grande chance de finir avec cette même fiche de 11-5 et de se battre pour quatre places en matchs éliminatoires. Cela veut dire qu’une de ces équipes sera exclue. Selon les fiches intra-divisions, ce sont les Browns qui seraient exclus. Imaginez la douleur des partisans de Cleveland. Ils ont une bonne équipe pour la première fois depuis Jim Brown, en 1964, et manqueraient les éliminatoires sur une technicalité. C’est la malédiction de Cleveland. Je blâme LeBron James. Cette semaine, par contre, ils vont piétiner les Jets.

Giants de New York contre Ravens de Baltimore (dimanche, 13 h)

Ce sera un massacre. Lamar Jackson courra pour 150 verges et fera pleurer les partisans des Giants.

Bengals de Cincinnati contre Texans de Houston (dimanche, 13 h)

Oui, les Bengals ont battu les Steelers, mais ne vous trompez pas, ce résultat en dit beaucoup plus sur Pittsburgh que Cincinnati. Les Bengals sont mauvais. En fait, la seule chose pire que les Bengals à Cincinnati en ce moment est le plat traditionnel de la ville, le Skyline Chili, qui donnerait des indigestions aux estomacs les plus aguerris. Zac Taylor est un entraîneur brillant avec des jeunes joueurs impressionnants. L’avenir sourit aux Bengals.

Photo : Matthew Cohen.

David Johnson, un demi offensif, a eu onze réceptions la semaine passée. Hmmmm, c’est comme si les Texans n’avaient pas de bons receveurs. C’est peut-être dû au fait qu’ils ont échangé Deandre Hopkins, un des trois meilleurs receveurs de la NFL, l’été passé. Cette transaction fut le pire échange depuis que la France a vendu la Louisiane aux États Unis, en 1803, pour la somme de 15 millions de dollars. 

Bears de Chicago contre Jaguars de Jacksonville (dimanche, 13 h)

Le modus operandi des Bears est de donner espoir à leurs partisans juste pour leur arracher le cœur en décembre et en janvier. Cette année ne semble pas être différente. Chicago doit gagner ses deux derniers matchs et espérer que les Cardinals s’écroulent contre les Niners et les Rams. Mitchell Trubisky et David Montgomery ont été impressionnants ce dernier mois et cela ne changera pas contre Jacksonville. Le problème est que les performances impressionnantes de leur quart-arrière pourraient convaincre les Bears de le garder après cette saison. Ce serait une erreur fatale. Ils ont besoin de sang neuf à la position. Le temps de Trubisky à Chicago est compté et tout autre contrat additionnel résulterait en un divorce plus douloureux qu’il ne le sera déjà.

Photo : Robert Judin.

Saint Adam Gase de New York. Jacksonville devrait ériger une statue en bronze à l’effigie de cet homme et la placer devant son stade. Il vient de lui donner Trevor Lawrence sur un plateau d’argent. Le maire de la ville devrait organiser un festival en son honneur qui serait célébré annuellement en même temps que le Mardi Gras. Ce serait la moindre des choses.

Falcons d’Atlanta contre Chiefs de Kansas City (dimanche, 13 h)

Les Chiefs sont maintenant assurés de la première tête de série dans la AFC. Leur porteur de ballon, Clyde Edwards-Helaire, blessé à la hanche, manquera le reste de la saison régulière et probablement le début des matchs éliminatoires. Son remplaçant, Le’Veon Bell, semble arthritique. Il a perdu toute l’explosivité qui faisait de lui un joueur si dynamique il y a quelques saisons, avec les Steelers. Les Chiefs devront donc s’appuyer plus que jamais sur Patrick Mahomes, ce qui ne devrait pas leur causer problème puisque leur quart-arrière est le meneur pour le prix de MVP cette saison. Quelle saison extraordinaire pour Mahomes, qui se méritera le second prix le plus prestigieux de la ligue, après le prix du visage le plus rond et le plus rouge, décerné annuellement à son entraîneur, Andy Reid.

Photo : Kansas City Star.

Le porteur de ballon des Falcons, Todd Gurley, vient de perdre son poste de partant. L’homme à 14 millions de dollars par année ne sert plus à grand chose. Matt Ryan non plus. Le quart-arrière de 35 ans n’est plus capable de faire autre chose que de rester immobile en attendant de se faire plaquer. Il est grand temps pour Atlanta de repêcher son quart-arrière du futur. 

Steelers de Pittsburgh contre Colts d’Indianapolis (dimanche, 13 h)

Cette saison, les Steelers ont élaboré la plus grande fraude depuis Bernie Madoff. Après avoir gagné leurs onze premiers matchs de la saison, ils en ont maintenant perdu trois de suite, dont deux contre des équipes médiocres. Leur unité offensive stagnante ferait rougir Adam Gase. Leur receveur Juju Smith-Schuster est plus occupé à faire des vidéos TikTok avant les matchs que d’attraper des passes de Ben Roethlisberger. Leur incapacité totale à établir le jeu de course les empêchera d’avoir du succès en janvier et la nonchalance de leurs receveurs leur coûtera probablement leur match éliminatoire de première ronde.

Photo : ESPN.

Les Colts, contrairement aux Steelers, jouent, en ce moment, leur meilleur football de la saison. Leur demi offensif recrue, Jonathan Taylor, semble indestructible et peut facilement effectuer 25 courses par match sans se fatiguer. Indianapolis aura besoin de lui pour se défaire des Steelers qui, malgré leurs trois défaites de suite et les blessures à Bud Dupree et Devin Bush, sont toujours très forts contre le jeu au sol. TJ Watt, après Aaron Donald, est le meilleur joueur de ligne défensive dans la NFL et si quelqu’un peut utiliser sa vitesse pour contourner la ligne offensive géante des Colts et mettre de la pression sur Phil Rivers, c’est bien lui.    

Broncos de Denver contre Chargers de Los Angeles (dimanche, 16 h 05)

Malheureusement, le temps de Vic Fangio semble compté à Denver. C’est dommage puisqu’il est un génie défensif, mais les équipes de la NFL recherchent des entraîneurs offensifs capables de développer les jeunes quart-arrières prometteurs. Le quart-arrière des Broncos, Drew Lock, n’en est pas un, mais leur directeur général, John Elway, n’admettra pas son erreur. Il préférera donc congédier Fangio. Les Broncos ont une défensive remplie de joueurs élites et ils doivent se trouver un quart-arrière au plus vite, avant d’avoir gaspillé les meilleures années de Von Miller. 

Photo : Eric Lutzens (The Denver Post).

Les Chargers se retrouvent dans la situation complètement opposée aux Broncos. Ils ont leur quart-arrière d’avenir, mais ils n’ont rien d’autre. Leur plus grand défaut cette saison aura été d’avoir mal géré les fins de match, et cette faute repose uniquement sur les épaules de leur entraîneur, qu’ils devront congédier immédiatement après la fin de la saison. Eric Bieniemy, le coordonnateur offensif des Chiefs, est un candidat parfait pour le poste qui sera vacant.

Washington Football Team contre Panthers de la Caroline (dimanche, 16 h 05)

La semaine passée, Washington a joué contre Seattle, qui a la pire défensive de tous les temps contre la passe. Ce n’est pas une hyperbole, c’est une statistique. Les Seahawks permettent en moyenne aux équipes adverses 293 verges par la passe par match et Washington n’a été en mesure que de compter 15 points la semaine passée. L’équipe a besoin qu’Alex Smith retourne au jeu le plus vite possible, ou ses chances de se qualifier pour les matchs éliminatoires s’envoleront.

Christian McCaffrey aura joué 3 matchs cette saison, après avoir signé un contrat de quatre ans, d’une valeur de 64 millions $. Seize millions $ par an. 5,3 millions $ par match cette saison. Ce n’est certainement pas ce que recherchait le nouveau propriétaire des Panthers, David Tepper, qui a fait fortune sur Wall Street et n’est pas réputé pour sa patience. Je serais surpris de voir Teddy Bridgewater être le quart-arrière partant de cette équipe la saison prochaine.

Rams de Los Angeles contre Seahawks de Seattle (dimanche, 16 h 25)

Le gagnant de ce match gagnera le titre de la division ouest de la NFC. Jared Goff demeure une énigme. Pour certains matchs, il joue comme Jo Montana, pour d’autres, il joue comme ma grand-mère lors des épluchettes de maïs familiales, tous les étés. Son entraîneur, Shawn McVay, doit vouloir s’arracher les cheveux et doit espérer que Goff ait une bonne performance cette semaine, puisque Russell Wilson, lui, en aura une.

Photo : vendettasportsmedia.com.

Les Seahawks seront confrontés à une très bonne défensive, mais qui en arrache depuis quelques semaines. Il est impardonnable de se faire compter 23 points par les Jets. Les courses vers l’extérieur du terrain seront efficaces pour leur porteur de ballon, Chris Carson, qui voudra le plus possible éviter d’arriver face à face avec Aaron Donald. 

Eagles de Philadelphie contre Cowboys de Dallas (dimanche, 16 h 25)


Carson Wentz a lancé sa dernière passe pour les Eagles, du moins si l’entraîneur, Doug Peterson, arrête de se mentir. « Nous allons visionner la vidéo du match et allons peser toutes nos options à la position de quart-arrière », dit-il. Quelle folie. La définition de folie est de faire la même chose fois après fois et d’espérer un résultat différent. C’est ce que Petersen a fait avec Wentz. Il l’a nommé partant semaine après semaine lorsqu’il était clair et évident qu’il était le pire quart-arrière de la ligue. La seconde que Jalen Hurts a été nommé partant, l’équipe s’est mise à jouer avec plus de passion et de ferveur des deux côtés du ballon. Les Eagles sont maintenant une équipe à craindre, que personne n’aimerait rencontrer en match éliminatoire. Malheureusement, il est beaucoup trop tard

Photo : Jo Robbins (Getty Images).

Il était trop tard pour les Cowboys la seconde où Dak Prescott s’est blessé. Leur quart-arrière, qui s’est fracturé le tibia, est en pleine dispute contractuelle. Il ne doit pas être très inquiet en voyant l’état pitoyable des Cowboys sans lui. Le propriétaire, Jerry Jones, doit être prêt à lui donner un chèque en blanc. 

Titans du Tennessee contre Packers de Green Bay (dimanche, 20 h 20)

Les Packers ont une fiche de 11-3. Seulement une des ces victoires est venue contre une équipe avec une fiche gagnante. Même les Bengals ont plus de victoires que les Packers contre des équipes avec des fiches au-dessus de 0,500. C’est une équipe frauduleuse. Oui, je déteste Aaron Rodgers, mais je suis amplement en mesure d’admettre qu’il est l’un des meilleurs quarts-arrières de tous les temps. Cette équipe, par contre, n’est pas une aspirante sérieuse au Super Bowl cette saison. Les Titans, eux, le sont.

Vincent Orellana-Pepin

NFL, NBA, NCAA et nourriture mexicaine. Ce sont les quatre points cardinaux pour Vincent, qui ne refuserait pas non plus un après-midi de golf. Si ça se joue avec une balle, ou si ça se sert dans une tortilla, il en est passionné, tant au niveau professionnel qu'au niveau amateur. Il est d'avis que le tournoi de basketball collégial américain, soit le March Madness, devrait marquer le début d'un mois de congé pour la population entière du continent américain et que le lendemain du Super Bowl devrait être un jour férié national.

Laisser un commentaire