Club de Foot Montréal : un changement identitaire qui divise

Nombreux sont les arguments en faveur et à l’encontre de la nouvelle identité de l’Impact de Montréal. Image : CF Montréal.

Club de Foot Montréal ne fait pas l’unanimité. Les opinions sont mitigées et la nouvelle identité du Club de Foot Montréal, anciennement l’Impact de Montréal, divise la communauté partisane de l’équipe de soccer.

C’est dommage pour le club de se départir du nom « Impact », selon Justine Longpré, du groupe de supporteurs 1642 MTL. « Il s’agit de plusieurs années de travail pour faire connaître et rayonner le nom du club dans la ligue et à l’échelle internationale », explique Mme Longpré. Malgré tout, 1642 MTL fera tout pour supporter le club et la ville de Montréal.

Pour l’instant, les chants resteront les mêmes chez les 1642 MTL et la cloche ne changera pas d’adresse. « Ça restera l’Impact dans nos cœurs », renchérit Justine Longpré.

Un changement difficile à avaler

Auteur d’une pétition ayant pour objectif de conserver le nom « Impact de Montréal » qui a récolté plus de 2200 signatures depuis l’annonce du changement identitaire en décembre, Charlie Bijesse est déçu de la résultante. M. Bijesse a lancé cette pétition pour conserver l’aspect francophone du club et se réjouit tout de même que le nouveau nom respecte cet aspect.

Il s’agit cependant d’un pansement sur une plus grosse plaie. L’identité du club n’est plus la même et le nouveau nom est « générique et sans identité », selon lui. « L’Impact de Montréal est toujours mon équipe. Je vais continuer à supporter l’équipe, mais le nom “Impact” est notre vraie identité », explique Charlie Bijesse.

Pour Justine Longpré, le coup reste difficile à encaisser. Fière supportrice de l’Impact de Montréal depuis plus d’une vingtaine d’années, c’est avec un peu d’incompréhension qu’elle accepte la nouvelle. Elle désire maintenant voir son équipe gagner des titres et espère se mettre de quoi sous la dent grâce aux performances sur le terrain.

Un changement d’une telle ampleur ne peut malheureusement pas plaire à tout le monde. Marc-Antoine Dionne, partisan de l’équipe, trouve que le travail a été bâclé. Selon lui, le logo actuel n’arrive pas à la cheville de celui de l’Impact de Montréal. M. Dionne trouve que certains aspects des changements sont contradictoires, dont la partie « Foot » dans le nouveau nom de l’équipe. « On dit que ça nous représente [le foot], mais non. Ici, on dit et dira “soccer” », soutient Marc-Antoine Dionne.

Mais pourtant bien accueilli par certains

Sur une note plus positive, un autre partisan du club, Alain Jr Datus, préfère la nouvelle identité du club. Le nouveau nom lui plaît et il pense que l’image s’agencera très bien aux maillots et à la marchandise à venir. « Je trouve que c’est la première fois qu’une organisation sportive réussit à représenter Montréal aussi bien », renchérit Alain Jr Datus.

Ceci étant dit, le changement identitaire du Club de Foot Montréal n’affecte pas la relation qu’entretient M. Dionne avec le soccer, un sport qu’il aime passionnément. Il aurait simplement aimé que la direction du club sonde sa communauté, à l’époque, quant à un potentiel changement d’identité.

La nouvelle image du club est accueillie à bras ouverts par un autre supporteur de l’équipe de soccer, Sébastien Bourget. « On est chanceux d’avoir un club de la Major League Soccer à Montréal. Ne le prenons pas pour acquis, peu importe son image », déclare-t-il.

Ce qui compte pour M. Bourget, ce sont avant tout les victoires et les bonnes performances. Il croit que la communauté s’habituera à la nouvelle identité une fois la poussière retombée. « Le logo sur le maillot et sur les produits dérivés vendus en boutique ne marque pas les buts pendant les matchs », ajoute Sébastien Bourget.

Pierre-Luc Mongeon

Pierre-Luc est mordu de sports. Ayant grandi en jouant au soccer récréatif, il s'est rapidement intéressé au soccer professionnel. Il s'est orienté vers le domaine du journalisme lors de la Coupe du monde de soccer en 2018. Pierre-Luc a terminé sa première année au baccalauréat en journalisme à l'UQAM et il désire transmettre ses connaissances et son amour pour les sports par différentes options communicationnelles. En seulement un an, Pierre-Luc s'est impliqué à la radio CHOQ.ca, au Montréal Campus ainsi qu'au magazine L'Apostrophe.

Laisser un commentaire