NBA : Pas de match mercredi

Source : Capture d’écran Vimeo.

La National Basketball Association (NBA) a annoncé que tous les matchs prévus mercredi soir avaient été remis à la suite de la décision des Bucks de Milwaukee de ne pas participer à leur cinquième affrontement face au Magic d’Orlando.

En plus des Bucks et du Magic, les Rockets de Houston et le Thunder d’Oklahoma City, ainsi que les Trail Blazers de Portland et les Lakers de Los Angeles devront donc mettre leur série sur pause. Aucune date n’a encore été évoquée pour la reprise de ces rencontres de premier tour.

Une marque de protestation

Ayant déjà discuté avec leurs adversaires de la possibilité de boycotter le match numéro 5 de leur série, les Bucks étaient prêts à agir, peu importe la décision prise mutuellement. Les joueurs du Magic bien installés sur le court du ESPN Wide World of Sports Complex pour la période d’échauffement, les Milwaukéens sont donc restés assis sur leur banc dans le vestiaire. Ce faisant, ils ont choisi de participer au mouvement de protestation contre les injustices raciales aux États-Unis qui a été déclenché il y a trois mois par la mort de George Floyd et qui s’est enflammé suite à l’acte de brutalité policière dont a été victime Jacob Blake.

Blake, un homme afro-américain, a été tiré dans le dos à sept reprises par un policier de la ville de Kenosha, au Wisconsin, alors qu’il tentait de regagner son véhicule, après un conflit domestique. Âgé de 29 ans, il s’en retrouve maintenant paralysé à partir de la taille.

Leurs opposants refusant de mettre le pied sur le terrain, les joueurs d’Orlando ont alors emboîté le pas. En quelques minutes seulement, le stade était complètement vide.

Par leur choix, les Bucks de Milwaukee mettent en oeuvre la plus importante contestation depuis la reprise des activités dans la NBA, au début du mois d’août. Le vice-président sénior de l’équipe, Alex Lasry, a fait savoir son soutien à la cause via Twitter.

Certaines choses sont plus grandes que le basketball. La position prise aujourd’hui par les joueurs et l’organisation montre que nous en avons marre. Assez, c’est assez. Un changement doit se produire. Je suis incroyablement fier de nos gars et nous sommes derrière eux à 100%, prêts à apporter notre aide et entraîner un vrai changement.

Alex Lasry, vice-président sénior des Bucks de Milwaukee.

Par voie de communiqué, le Magic d’Orlando a également condamné « l’intolérance, les injustices raciales et l’utilisation injustifiée de la force contre les personnes de couleur par les policiers ».

Mener par l’exemple

Les Bucks de Milwaukee ne sont certainement pas le dernier club à refuser de prendre part à un match des séries de la NBA. Il semblerait que l’idée soit très répandue à travers la ligue, avec plusieurs formations prêtes à passer à l’action pour faire changer les choses.

Un peu plus tôt dans la journée, l’entraîneur-chef des Raptors de Toronto, Nick Nurse, a révélé que ses joueurs avaient rencontré ceux des Celtics de Boston, mardi soir, pour discuter d’un boycottage potentiel de la première partie de leur série de deuxième tour. Certains auraient même évoqué la possibilité de quitter la bulle et retourner chez eux.

« Les gars pleurent. Les gars souffrent présentement à cause de ce qui se passe. Tu ne sais jamais si c’est ton frère. Et si c’était mon cousin? Et si c’était un membre de ma famille? C’est quelque chose qui pèse sur toi », a expliqué l’ailier fort des Celtics Grant Williams.

Ceci dit, les joueurs ne peuvent attendre plus longtemps pour participer au changement. Ils ne peuvent se permettre d’être une distraction à la cause.

« Qu’est-ce qu’on est prêts à abandonner? Est-ce qu’on en a vraiment quelque chose à foutre de ce qui se passe ou est-ce juste cool de porter le Black Lives Matter en toile de fond ou sur un t-shirt? Qu’est-ce que tout ça signifie vraiment? Est-ce que ça fait vraiment quelque chose? », se demande le garde des Raptors Fred VanVleet. C’est maintenant ou jamais qu’il faut le découvrir.

Jérémy Labrie

Ayant contribué à quelques médias sportifs amateurs au cours de son adolescence, Jérémy Labrie intègre, en 2017, l'option Médias du programme d'Arts, lettres et communication du Cégep Édouard-Montpetit avec une connaissance accrue du journalisme web. Maintenant étudiant en journalisme à l'Université du Québec à Montréal, il met son expérience au service du Club-École pour en faire une source d'information fiable et de qualité. Il a auparavant collaboré à deux reprises avec le pupitre sport du magazine étudiant L'Apostrophe. S'intéressant tout de même à la majorité des sports couverts par Le Club-École, il se spécialise dans le hockey et le basketball.

Laisser un commentaire