Les Québecois aux J.O. : Ewing Walter règle la mire

Ewing Walter, médaillé d’or au tir (fausse olympique) aux J.O. de Londres 1908. Crédit Photo: Team Canada (@TeamCanada) via Twitter.

Les Jeux olympiques Tokyo 2020 auraient dû débuter le 24 juillet dernier, mais en raison de la pandémie de COVID-19, ils ont été ajournés à l’année prochaine (23 juillet au 8 août 2021). En attendant cette période, pour vivre les espoirs de médailles des athlètes, faisons un saut dans le passé des olympiades d’été pour un souvenir sur les Québécois qui se sont hissés sur les podiums des Jeux. Pour ce second numéro, le livre d’histoire s’ouvre sur les J.O. de Londres 1908 avec Ewing Walter, le chasseur de médailles.

Il n’était pas l’attraction canadienne à ces IVes olympiades. En effet, l’attraction médiatique était l’exceptionnel coureur de fond Thomas Charles Longboat. Mais, grâce à sa dextérité, Walter Henry Ewing a grandement contribué à la présence du Canada dans le top 10 de ces Jeux olympiques de Londres 1908. Engagé en individuel et en équipe au tir, il fait mouche et regagne Montréal avec deux médailles, et ce malgré la complexité de l’épreuve. Pour cause, rapporte l’Encyclopédie canadienne, les règles en vigueur à l’épreuve du tir durant ces Jeux sont celles du pays hôte.

Serein en toutes circonstances

En lice pour les podiums dans l’épreuve de fosse olympique Homme (125 cibles), Walter Ewing se montre à son avantage. Le Montréalais n’est visiblement pas perturbé par ces modifications durant l’épreuve et atteint la cible plus de fois que la concurrence. Il est déclaré champion olympique avec un impressionnant résultat de 72 points sur un total de 80. Son compatriote George Beattie s’adjuge la médaille d’argent avec un pointage de 60. Le Britannique Alexander Maunder (57) complète le podium.

Tout proche d’un doublé
L’équipe britannique victorieuse aux pigeons d’argile. Crédit Photo : CIO.

La médaille d’or de la fosse olympique en poche, Ewing compétitionne pour le podium au tir de pigeons d’argile par équipe. L’équipe canadienne est devancée sur la plus haute marche du podium par deux petits points de la sélection A britannique (407). Mais, avec un score de 405 au pointage, elle s’offre la médaille d’argent aux dépens de l’équipe B de Sa Majesté le roi Édouard VII (307).

Le Canada, représenté par 88 athlètes, finit ces Jeux d’été au 7e rang avec 16 médailles : 3 en or, 3 en argent et 10 en bronze. Considéré comme l’un des meilleurs tireurs canadiens, Walter Ewing décline l’invitation pour la défense de son titre aux Jeux de Stockholm 1912. Multiple champion national et international au tir, il va être intronisé au Temple de la renommée de la province et du pays.

  • Il est intronisé au Temple de la renommée des sports du Canada en 1958.
  • En 2016, il entre au Panthéon des sports du Québec

Parmi ces Québécois qui ont brillé aux J.O., il faut aussi souligner la médaille d’or de Gerry Ouellette aux Jeux de Melbourne 1956, à l’épreuve des 50 m rifle couché (60 coups), avec un pointage de 600. Il entre au Temple de la renommée des sports du Canada en 1957.

Benoît Dosseh

Benoît Dosseh a une passion pour le sport. Il s’est essayé au basketball, au volleyball, à l’athlétisme et au soccer de quartiers (Côte d’Ivoire et Togo), notamment. Après un passage au Collège de Rosemont en Arts, lettres et communication, option médias, il poursuit sa formation en journalisme à l’UQAM. Il a collaboré avec différents médias dont le magazine estudiantin L’Apostrophe.

Laisser un commentaire