Donc, c’est qui le meilleur?

Tom Brady a forcé le monde du football à le reconnaître comme le plus grand de son sport, avec son septième Super Bowl. Photo: Kevin C. Cox.

Depuis des années et encore plus depuis qu’il a remporté un septième Super Bowl, le nom de Tom Brady est dans le débat du plus grand athlète tous sports confondus. S’il est clairement devenu le meilleur dans son sport, c’est loin d’être le cas au niveau du monde du sport au complet.

En remportant le Super Bowl dimanche dernier, Tom Brady est passé à l’histoire et est officiellement devenu le meilleur joueur de l’histoire de la NFL. La victoire des Buccaneers de Tampa Bay lui a permis de porter son total de trophées Vince-Lombardi à sept, soit plus que n’importe quelle franchise de la ligue. Une statistique qui en dit énormément sur le joueur qu’il est. La liste d’arguments qui penchent en faveur de Brady dans ce débat est trop longue pour un seul article, et même ses plus fervents critiques ont été forcés de l’admettre à la suite de l’incroyable parcours de Tampa Bay, qui s’est conclu par une domination totale face aux Chiefs de Kansas City. Rappelons que Brady a 43 ans. À cet âge, la majorité des sportifs sont à la retraite depuis longtemps. Lui, il a été nommé joueur par excellence du Super Bowl.

La grande question est toutefois de savoir s’il est le plus grand athlète tous sports confondus. Le G.O.A.T (Greatest Of All Time), comme disent nos amis anglophones. Où se classe-t-il parmi les meilleurs des meilleurs? C’est une question qui est sur la table depuis des années et un débat qui fait rage partout à travers le monde du sport. Pourtant, malgré des années et des années d’arguments, il n’y a aucun consensus et aucun nom ne ressort de la conversation. C’est quelque chose de tout à fait normal puisqu’il est pratiquement impossible de comparer les différents sports entre eux et la tâche devient encore plus complexe lorsqu’on inclut les sports individuels.

Je vais quand même tenter de rendre votre questionnement plus simple en vous étalant le portrait des principaux prétendants au titre, ceux qui reviennent le plus souvent dans le débat, sports d’équipe et sports individuels confondus.

Tom Brady — Football américain

Points pour : Avoir plus de Super Bowl que n’importe quelle franchise de la NFL, ce n’est pas rien. Mener des équipes vers des championnats après 40 ans, ce n’est pas rien. Il a aussi souvent permis à des formations de remporter les grands honneurs, même lorsque tout le monde les voyait perdantes. La remontée face aux Falcons d’Atlanta au Super Bowl LI est un exemple parfait de ce qu’apporte Tom Brady à une équipe. Ses cinq titres de joueur le plus utile du Super Bowl sont également un point à ne pas oublier.

Points contre : Peu importe les titres et les statistiques, Brady aura toujours l’étiquette de tricheur qui lui sera rattaché, en raison du célèbre deflategate. Ses performances en saison régulière n’ont pas toujours été les plus étincelantes non plus, surtout lorsqu’on les compare à celles en séries. Ce manque de constance peut lui faire mal dans un débat comme celui-ci.

Wayne Gretzky — Hockey sur glace
photo
Le retrait du numéro 99 de Wayne Gretzky à travers la LNH est le meilleur symbole de sa domination sur le sport. Photo : Markerzone.com.

Points pour : Wayne Gretzky détient pas moins de 60 records de la LNH, dont ceux du plus grand nombre de buts, passes, points, saisons de 50 buts, ainsi que certaines marques complètements absurdes, comme 39 matchs pour marquer 50 buts. La statistique la plus incroyable dans son cas, qui démontre à quel point il a dominé son sport, est que son total de 2857 points est tellement en avance sur les autres qu’il aurait pu ne marquer aucun but dans sa carrière et quand même être le meilleur pointeur de l’histoire. Ainsi, d’un point de vue statistique, aucun athlète n’a dominé son sport autant que lui. Il est également le parfait exemple de joueur qui rendait ses coéquipiers meilleurs. La preuve est qu’il a permis à Bernie Nicholls de marquer 70 buts en une seule saison, en 1988-89. Nicholls ne marquera jamais plus de 30 buts pour le reste de sa carrière.

Points contre : Wayne Gretzky a joué durant une ère où les gardiens de but étaient bien moins bons qu’ils le sont aujourd’hui. Ainsi, il est pratiquement impossible qu’un joueur batte ses records un jour, mais ce n’est pas parce qu’il a plus de talent que les vedettes modernes. L’évolution du hockey joue donc énormément contre lui puisqu’il a aussi profité de la lenteur du jeu durant son époque. Un point qui l’aide énormément est que ses deux principaux compétiteurs pour le titre de meilleur joueur de hockey de l’histoire, Mario Lemieux et Bobby Orr, ont été limités par les blessures et ont, ainsi, joué beaucoup moins longtemps que lui. Il est donc impossible de savoir s’il serait quand même le meilleur si ceux-ci avaient joué autant.

Michael Jordan — Basketball

Points pour : Michael Jordan n’a jamais perdu une finale. En six présences en finale des séries éliminatoires de la NBA, Jordan a non seulement remporté six titres, mais il a également été nommé joueur par excellence des finales les six fois. Aucun autre athlète ne peut en dire autant. Voilà pourquoi Jordan est considéré comme le plus grand gagnant de l’histoire du basketball. Il jouait avec plus de cœur, d’énergie et avec un plus grand désir de vaincre que n’importe quel autre sportif de sa génération et peut-être même de l’histoire. Même s’il n’est pas le joueur avec le plus de points de l’histoire, Jordan était de loin le meilleur joueur sur le terrain. Ainsi, en termes de domination sur le jeu et à un contre un, il est dans la même catégorie que les Gretzky, Pelé et Brady, des sports d’équipe.

Points contre : D’un point de vue statistique global, Jordan n’est pas le meilleur. Il n’a pas le plus de points dans l’histoire de la NBA, ni le plus de titres dans l’histoire de la NBA. Il a également, un peu comme Gretzky, joué durant une ère de sa ligue où celle-ci était plus faible et il affrontait beaucoup moins d’opposition que les joueurs comme LeBron James et Kobe Bryant ont fait durant leur carrière.

Tiger Woods — Golf
Image
Tiger Woods n’est plus le golfeur qu’il était autrefois, mais il demeure une icône du sport. Photo : The European Tour via Twitter.

Points pour : Le nom de Woods était déjà dans la conversation avant le Tournoi des maîtres de 2019. Toutefois, son triomphe à Augusta alors qu’il avait, comme Brady, 43 ans. Woods n’avait pas remporté de tournoi majeur en onze ans et des problèmes de dos l’avaient empêché de compétitionner au sommet de sa forme depuis 2014. Il a également continuellement été dominant à son apogée, dans un sport dont les conditions ne sont jamais les mêmes. Un même parcours ne sera jamais pareil, en raison de la météo et de plusieurs autres facteurs. Cette capacité d’adaptation est unique aux golfeurs et a permis à Woods de rapidement inscrire son nom dans l’histoire, en battant des records de parcours et en éliminant la compétition à un très jeune âge.

Points contre : Le golf est officiellement un sport. Toutefois, il est parfaitement légitime de dire que Woods n’est pas un athlète au même niveau que les autres de cette liste. Les défis physiques au golf sont, certes, présents, mais bien moindres que dans d’autres sports. Ainsi, il est plus facile de pratiquer le golf et de gagner des tournois après 40 ans que de jouer au hockey ou au football et d’y être dominant.

Roger Federer — Tennis

Points pour : Federer est l’athlète ayant affronté le plus de compétition sur cette liste. Non seulement aura-t-il compétitionné contre Rafael Nadal et Novak Djokovic tout au long de sa carrière, mais il a également affronté d’autres grands joueurs, comme Andre Agassi et Andy Roddick, durant ses premières années sur le circuit. Malgré tout, il a été en mesure de remporter plus de victoires et de tournois que n’importe quel autre joueur dans l’histoire. Similairement à Brady, Federer a également été dominant même en étant l’un des plus vieux joueurs de l’ATP. Aujourd’hui, à 39 ans, le Suisse est encore parmi les cinq meilleurs joueurs au monde et continue d’être l’idole non seulement des jeunes joueurs, mais aussi de ses plus féroces compétiteurs.

Points contre : Malgré sa domination globale sur le monde du tennis, Federer est loin d’être le joueur le plus polyvalent. En fait, un peu comme Nadal est le roi de la terre battue, Federer est le roi du gazon. De ses 20 titres en Grand Chelem, huit ont été remportés à Wimbledon et un seul à Roland-Garros. Il a toujours eu un peu plus de difficulté à asseoir sa domination sur la terre battue et a même fait l’impasse sur la majorité des tournois sur cette surface dans les dernières années.

Michael Phelps — Natation
Michael Phelps Tells Fans He’s Training for 2032…
Le record du plus grand nombre de médailles olympiques de Michael Phelps ne sera probablement jamais battu. Photo : Simone Castrovillari.

Points pour : 28 médailles olympiques, dont 23 d’or. Ai-je vraiment besoin d’en dire plus? D’accord. 39 records du monde, 21 records Guinness et huit titres de nageur international de l’année.

Points contre : Phelps est définitivement l’athlète de cette liste qui a affronté le moins de compétition. À son apogée, il était de loin le meilleur nageur de style libre et papillon. Mis à part Chad Le Clos, qui l’a battu aux Jeux olympiques de 2012, au 200 m papillon, aucun nageur ne peut se targuer d’avoir été un véritable rival pour Michael Phelps. Son grand nombre de médailles olympiques est également dû au fait qu’il pouvait compétitionner dans beaucoup plus d’épreuves que la majorité des autres athlètes. Lors des Jeux de Pékin, par exemple, Phelps a remporté l’or dans huit épreuves différentes. En comparaison, Usain Bolt, le plus grand coureur de l’histoire, ne pouvait prendre part qu’à trois épreuves.

À la lumière de cette courte réflexion, qui considérez-vous comme étant le plus grand athlète de l’histoire? Peut-être est-ce quelqu’un qui n’est même pas sur la liste. Chose certaine, il s’agit d’un débat qui demeurera d’actualité pour encore longtemps.

Yohan Carrière

Après un stage d'exploration à RDS en 2015, Yohan Carrière débute officiellement sa formation journalistique au cégep Marie-Victorin en 2017. Aujourd'hui étudiant en journalisme à l'UQAM, il compte à son actif plusieurs collaborations, notamment à la radio et en vidéo avec L'Avantage Terrain et à l'écrit avec le magazine L'apostrophe. Ex-joueur et entraîneur de hockey-cosom au sein du RSEQ, il garde un intérêt pour le sport-étudiant, mais se spécialise surtout dans le monde du hockey, du baseball et du tennis professionnel.

2 réflexions sur “Donc, c’est qui le meilleur?

Laisser un commentaire